Comment choisir sa porte d’entrée ?

Une porte d’entrée ne se choisit pas au hasard ou uniquement pour son prix. Comment alors faire pour ne pas se tromper lors de l’achat ? Décryptage.

Le choix du matériau

Tous les matériaux ne se valent pas. Pour éviter toute mauvaise surprise, il convient de faire le bon choix. Une porte d’entrée en bois, cela vous tente ? Vous n’avez pas tort ! Non seulement ce matériau est solide, mais il est plus authentique et plus chaleureux également. Parmi les essences les plus robustes et les plus résistants, citons notamment le chêne de France, le Moabi et le Tauari. Moins résistant, le pin en revanche n’est pas du tout recommandé pour une porte d’entrée. Toujours côté qualité, assurez-vous que le bois utilisé pour votre porte a reçu des traitements spécifiques (traitement fongicide, insecticide, etc.).

Vous voulez plutôt d’une porte en PVC ? Le PVC conjugue isolation, durabilité et facilité d’entretien. Pour davantage de sécurité, pensez à ajouter des armatures métalliques sur les dormants de votre portail.

En misant pour une porte d’entrée en aluminium, vous aurez la garantie d’une porte solide, inaltérable et surtout facile d’entretien.

Une porte d’entrée en acier ou en composite reste envisageable également. Pour un style un peu particulier, rien ne vous empêche de choisir deux matériaux pour votre portail.

Pensez à la sécurité…

Certes, vous faites déjà un excellent choix en misant pour une porte d’entrée solide. Néanmoins, pour une sécurité optimale, prenez note que votre porte doit être équipée d’un système de verrouillage performant également. Assurez-vous avant tout de la qualité de la serrure. Une serrure multipoints reste toujours recommandée. Avec une serrure de 6 points, une chose est certaine : vous gagnerez en tranquillité. Si vous envisagez de miser pour une porte d’entrée avec du vitrage, vérifiez la qualité du vitrage. Ce dernier doit assurer une excellente résistance pour décourager toutes les personnes malintentionnées. Eh oui, vous devez miser pour un vitrage qui retarde l’effraction. Les paumelles peuvent contribuer également à renforcer la sécurité de votre porte. Pour compliquer la tâche aux cambrioleurs qui tenteront d’arracher votre porte, les paumelles doivent être vissées dans les armatures du dormant et de l’ouvrant.

… mais aussi à l’isolation

Une bonne isolation thermique doit être au rendez-vous. Cela dépendra de la qualité de la fabrication, de l’épaisseur de la porte, du matériau utilisé, etc. Une porte avec une excellente isolation aura un faible Uw (coefficient de coefficient de transmission thermique). Eh oui, idéalement, l’Uw doit être la plus proche possible de 1.

Et faut-il encore rappeler que la porte d’entrée de votre choix doit vous assurer également une excellente performance d’isolation acoustique ? Cette performance est déterminée par l’indice RW. Retenez qu’une porte d’entrée avec un RW élevé vous isole davantage des bruits.

A vérifier : le seuil PMR

Pour que vos visiteurs en fauteuil roulant puissent entrer chez vous sans la moindre difficulté, misez pour une porte d’entrée avec un seuil PMR. Toujours en parlant de praticité, la largeur de votre porte d’entrée doit être parfaitement adaptée pour le passage de la vie quotidienne. De préférence, misez pour un sens d’ouverture vers l’intérieur et assurez-vous que votre porte puisse s’ouvrir complètement.

Et qu’en est-il du style ?

Concernant le style, tout dépend de vos envies ! Porte d’entrée classique ou design, vitrée ou semi-vitrée, etc. ; c’est à vous de voir. Et comme vous l’avez certainement remarqué, désormais, un très large choix s’offre à vous côté couleur. Là encore, le choix vous appartient. Pour une certaine harmonie, pourquoi ne pas choisir une porte d’entrée de même couleur que vos fenêtres ?

Dites oui à la qualité

Les certifications NF et CSTB attesteront la qualité de votre porte d’entrée. Pour ce qui est de la qualité de laquage, nous vous conseillons de vérifier le label Qualicoat et Qualimarine (si vous vous trouvez en bord de mer). Concernant le vitrage, le label CEKAL ainsi que la norme EN 356 sont à considérer.